Recherches préhistoriques en Alborz Central

Le Programme Paléoanthropologique Franco-Iranien

Le Programme Paléoanthropologique Franco-Iranien (FIPP) est un programme de recherche et de formation franco-iranien en Anthropologie biologique, initié en 2001 par l’Université de Téhéran (Pr. Asghar Asgari Khaneghah) et le laboratoire « Dynamique de l’évolution humaine » du CNRS (UPR2147, Paris, Gilles Berillon et Valéry Zeitoun) relayé depuis par le laboratoire « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique » (UMR7194, Musée de l’Homme, Paris). Il se compose depuis son origine de deux volets très étroitement articulés :

  • un programme de formation académique et d’échange en Anthropologie Biologique,
  • un programme de recherches archéo-préhistorique en Alborz Central.

La découverte, la fouille et l’étude pluridisciplinaire de Garm Roud, Paléolithique supérieur (Baliran, Mazandaran)

Sur le terrain, les travaux du FIPP se sont soldés en 2005 par la découverte de deux sites paléolithiques : Moghanak, site de surface rapporté au Paléolithique moyen et Garm Roud, site Paléolithique supérieur en contexte stratiraphique. Les résultats de la fouille et de l'étude pluridisciplinaire de Garm Roud menées de 2008 à 2012, indiquent qu'il s'agit d'une courte halte de chasse, installée en bord de rivière il y a environ 33 000 ans alors que le climat était tempéré, par un petit groupe d'hommes de culture Paléolithique supérieur. Ces travaux ont fait l’objet de la publication récente par l’IFRI et @rchéo-éditions de l’ouvrage de synthèse trilingue (français, anglais, persan) : Garm Roud. Une halte de chasse en Iran.

 

Garm Roud – La vallée (a), la séquence stratigraphique de Baliran (b), la fouille du site (c), artefacts lithiques et fragments osseux in situ (d), fragments osseux et dents de Cerf élaphe (e) (Photos, FIPP).

 

Vers la fouille et l’étude pluridisciplinaire de Mirak, Paléolithique moyen (Semnan)

Pour son second volet de travaux, fort de leurs découvertes passées, c’est donc à l’Alborz Central que le FIPP s’est intéressé. C’est également dans cette région, qu’une mission iranienne (Hamed Vahdati Nasab, Université Tarbiat Modares) mène ses travaux, soldés également par la découverte et l’étude de sites inédits, et la reprise de sites anciennement découverts. En 2015, dans un intérêt scientifique partagé, le FIPP et cette mission ont décidé de joindre leurs efforts dans la province de Semnan et d’initier la fouille et l’étude pluridisciplinaire de la localité de Mirak, localité de plein air découverte en 1989 et attribuée au Paléolithique moyen. Mirak se situe dans la portion nord du Désert Central Iranien, au sud de l’Alborz, à environ 5km au sud de la ville de Semnan. Totalement désertique, cette localité s’étend sur une surface d’environ 1.6km². Elle a précédemment livré un assemblage lithique de plusieurs milliers de pièces réparties aux alentours de 8 petites butes d’une dizaine de mètres de haut, mais le contexte de dépôt y est inconnu. Avant la campagne 2015, Mirak était considérée comme une localité importante pour la connaissance du Paléolithique moyen ; néanmoins sans contexte stratigraphique et chronologique, ni les éléments qu’apportent une fouille méthodique, sa portée restait limitée. Quelques éléments permettaient de penser qu’un ou plusieurs dépôts archéologiques étaient encore préservés à Mirak : un sondage clandestin récent avait en effet fait remonter des sédiments d’une des butes, Mirak 8, des vestiges osseux et dentaires de grands mammifères disparus associés à des artefacts lithiques rapportés au Paléolithique moyen.

La campagne 2015 menée par l’équipe franco-iranienne pilotée par l’Université Tarbiat Modares (H. Vahdati Nasab) et le FIPP (G. Berillon & A. Asgari Khaneghah), devait donc permettre de déterminer le nombre et la nature des dépôts archéologiques, pour en vérifier ensuite les affinités culturelles, et de proposer les premiers éléments de compréhension du contexte, géologique et environnemental, de formation de la séquence et de dépôt des vestiges d’activité humaine. La campagne 2015 menée sur le site de Mirak 8 a permis d’atteindre ces objectifs :

  • Quatre dépôts archéologiques ont été observés en contexte stratigraphique, dont un profond riche en artefacts lithiques et en restes de grands mammifères, celui précisément dont proviennent les vestiges exhumés par le sondage clandestin.
  • La fouille extensive du site a été initiée sur une surface de 15 m2 permettant de collecter 348 objets en contexte stratigraphique, principalement des artefacts lithiques du Paléolithique moyen.
  • Un relevé complet de la stratigraphie à l’endroit de la fouille et dans le sondage clandestin apporte les tous premiers éléments de compréhension de l’histoire de la séquence sédimentaire et du dépôt des traces d’activités humaines paléolithiques. Ces relevés ont pu être complétés par une série d’échantillonnages pour analyses chronologiques (OSL), sédimentologiques, micromorphologiques et paléobotaniques.

Les analyses sont maintenant en cours et la prochaine campagne de fouilles à Mirak ouvrira en octobre 2016.

 

Mirak 8 – Vue de la butte Mirak 8 (a), la fouille du site (b), Pointe levallois collectée (c) (Photos, FIPP & H. Vahdati Nasab).
Recherches archéologiques à Pasargades

Nous contacter

Institut Français de Recherche en Iran

L'institut est ouvert du dimanche au jeudi, de 8h30 à 17h00.

1, rue Adib, Ave. Vahid Nazari, Ave. Felestin
B.P. 15815-3495, Téhéran, Iran

Tél. : +98.21.66.40.11.92 et +98.21.66.41.21.53
Fax : +98.21.66.40.55.01
Email : ifri@ifriran.org