Courants et dynamiques chiites à la période moderne (1800-1925)

Responsables
Denis Hermann (IFRI) et Sabrina Mervin (CNRS. IFPO. Beyrouth)

Ce programme a été lancé en 2004 par l’IFRI en collaboration avec l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient. Beyrouth) et l’OIB (Orient-Institut Beirut). Plus d’une dizaine de chercheurs y participent.

Le chiisme imamite a longtemps souffert d’un manque d’intérêt de la part des chercheurs. C’est particulièrement le cas pour les 18ème, 19ème et 20ème siècles. La révolution iranienne et la mobilisation des populations chiites au Liban et en Irak au cours de ces deux dernières décennies ont modifié la situation. Mais ce changement reste récent et de nombreux thèmes n’ont toujours pas été traités.

Le(s) monde(s) chiite(s) a/ont connu de profonds bouleversements au cours des deux derniers siècles. Si la période qâjâre a souvent été considérée comme une période de déclin, il apparaît au contraire qu’elle fut une époque de grande vitalité et dynamique intellectuelle. Celle-ci fut marquée par une intense lutte entre les différents courants imamites qui vit notamment la quasi-extinction de l’école traditionaliste akhbâri, l’émergence de l’école théologico-mystique shaykhi et le succès populaire du soufisme. Parallèlement, le courant rationaliste (osuli) continua son évolution caractérisée par la hiérarchisation et la politisation de son clergé. Le mouvement constitutionnel (1906-1911) marqua l’apogée, mais aussi un tournant, dans cette dynamique doctrinale. Le travail porte sur trois domaines particuliers : le renouveau philosophique et mystique ; les polémiques doctrinales ; les théories politiques : le mouvement constitutionnel.

Relations intellectuelles et renouveau de la pensée religieuse en Iran et en Inde musulmane à la période moderne (1500-1900)
Histoire de la médecine

Please publish modules in offcanvas position.